A SETE d’abord…

L’école calandreta de Sète a été créée en 1995.
Comme toute calandreta, elle est née de la volonté de parents sétois d’offrir un enseignement de qualité et en occitan à leurs enfants.
Située tout d’abord dans la rue Paul Valéry, elle est installée depuis 1999 dans l’enceinte de l’ancienne Caserne Vauban, elle-même reconvertie en Lycée Professionnel.

La Calandreta dels Dalfinets adhère à la charte des calandretas.

L’école est composée de 4 salles de classe, d’une salle multi-activités et d’un bureau partagé entre l’associatif et les enseignants.

A l’heure actuelle, 90 enfants y sont scolarisés, répartis de la petite section de maternelle au CM2.
Les calandrons (enfants scolarisés en calandreta) bénéficient des services de la cantine municipale ainsi que des mêmes activités sportives ou culturelles proposées aux enfants des écoles de Sète.

Pour la grande histoire…

En 1979, à Pau et à Béziers, des groupes de parents se mobilisent pour créer des écoles en langue occitane pratiquant une pédagogie active.
Les fondateurs n’en doutent pas : Calandreta sera publique, laïque et gratuite.
L’ouverture de ces écoles sera suivie dans les deux ans de quatre autres, Toulouse, Montpellier (Clapas), Oloron (64), La Teste de Buch (33) avec comme perspective une intégration rapide dans le service public.
A ce jour, il existe 45 écoles calandretas et au moins 6 projets assez avancés.
La prise en charge de ces écoles par l’Éducation Nationale a été demandée aux gouvernements successifs, depuis les débuts de Calandreta, contemporains du projet Savary de « grand service public ».
En 1994, le Ministre de l’Éducation Nationale François Bayrou propose, dans le cadre de la loi de 1959, le statut d’école privée sous contrat d’association : le « caractère propre » de Calandreta est constitué du bilinguisme d’immersion (qui implique des effectifs réduits), de la pédagogie innovante et de la laïcité.
En juillet 1998, le rapport remis au Premier Ministre par Bernard Poignant sur les « Langues et Cultures Régionales » propose d’avancer vers un nouveau statut d' »Établissement d’Intérêt Public », qui correspond à une revendication de nos associations.
En avril 1999, la République signe la Charte Européenne des langues régionales et minoritaires et le ministère de l’Éducation Nationale ouvre des négociations visant à doter nos écoles d’un statut public.
Calandreta a créé un centre de formation pédagogique occitan pour les enseignants.
Calandreta a ouvert deux collèges à Montpellier et à Pau, en vue de poursuivre le projet du primaire.
Souhaitant développer l’apprentissage des autres langues latines, elle crée un institut de recherche (Latinitas).