Occitanie ou Pays d’Oc

occitanie
« Occitanie est le nom donné à l’ensemble des pays de langue d’oc. Situés essentiellement dans le sud de la France, ils occupent à peu près le tiers de celle-ci, soit une trentaine de départements français et comprennent le Val d’Aran en Espagne et les vallées occitanes du Piémont en Italie. Treize millions d’habitants vivent sur ce territoire. De nos jours, on peut considérer que deux personnes sur dix parlent couramment l’occitan et que près de cinq personnes sur dix le comprennent. »

(sources: CIRDOC, Centre Inter-Regional de Développement de l’Occitan)

Pour en savoir plus : Cirdoc.

Le petit cours d’occitan …

Votre enfant vient de rentrer à l’école bilingue occitan-français Calandreta et pour réussir une bonne immersion dans la langue des troubadours, nous vous proposons ce petit cours. N’hésitez à vous «jeter à l’eau », n’ayez pas «vergonha » de parler occitan, les enseignants et les associatifs seront toujours là pour vous aider dans cette démarche.

es jeudis soir à 18heures.
Bon courage et ….. a lèu.

Règles d’accentuation
Tout mot finissant par une consonne est accentué sur la dernière syllabe.
Exemple : Bon jorn

Tout mot finissant par une voyelle est accentué sur l’avant-dernière syllabe.
Exemple : sil laba

ATTENTION ! : les « s » du pluriel ne rentre pas dans l’accentuation mais se prononcent pas.
Exemple : las vilas grandas

Quand un mot échappe à ces règles, il porte un accent tonique écrit. L’accent est toujours écrit, il marque la syllabe accentuée. Toute syllabe accentuée est tonique.
Exemple : gramer cés a quí Sénher

De même, La conjugaison a son propre fonctionnement. Le « n » et le « s » final comme en Espagnol renvoient l’accent sur l’avant dernière syllabe.
Exemple : marchas marchan

Les sons

les voyelles

Le « a » initial ou central comme en français.
Exemple : abans

Le « a » final note un son propre à l’occitan ; entre « a » et « o ». C’est un « o » ouvert.
Exemple : escòla.

Le « à » se dit toujours « a ».

L’accent marque la tonicité.

Nota : le « á » peut avoir des prononciations différentes selon les dialectes.

Le son « e » n’existe pas en occitan. Il se prononce généralement « é » ou « è » s’il est accentué.

Le « e » n’est jamais muet.

Il peut être ouvert, noté « è », ou fermé, noté « e » ou « é » qui marque l’accent tonique.
Exemple : una lèbre perdequé

Le « i » se dit « i » comme dans « midi ». On le note « í » (accent aigu) lorsqu’il est tonique.
Exemple : un lapi(n) pastís.

Le « i » ne change jamais de prononciation même accentué.

Le « o », non accentué ou avec l’accent aigu lorsqu’il est tonique (« o » ou « ó »), se dit « ou ».

Le « ò » se dit « o ».
Exemple : romegós una pòrta

Le « u » se dit toujours « u » comme en français.
Exemple : la luna

L’accent aigu accentue la lettre sans changer le son au contraire de l’accent grave.
Exemple : Porta me la clau de la pòrta. Aquí un tipe sòbri.

les consonnes

En règle générale, elles ont la même prononciation qu’en français.
Toutes les consonnes se prononcent.

Nota : Certain dialectes ne prononcent pas les consonnes finales.
Exemple : dema(n) parti(r)

les graphèmes

« lh » correspond au « ll » francais.
Exemple : una filha.

« nh » correspond au « gn » francais.
Exemple : una montanha.

En règle générale, lorsque 2 consonnes se suivent (autres que « pl », « pr », « tr », « rn », …), on ne prononce que la seconde.
Exemple : la se(t)mana l’espa(t)la.

les diphtongues

L’occitan est une langue diphtonguée. Les diphtongues sont sonores.

« ai » se prononce toujours comme dans le mot français « travail ».

« ei » se prononce toujours comme dans le mot français « réveil ».

« au » rend compte du son « aou ».
Exemple : l’aura

« oi » rend compte du son « ou-i ».
Exemple : una boita

« òi » rend compte du son « o-i ».
Exemple : un autbòi

« òu » rend compte du son « o-u ».
Exemple : tot nòu

« eu » rend compte du son « é-u ».
Exemple : beure

« èu » rend compte du son « è-u ».
Exemple : bacèu

(Nota : ieu : moi ; uèi : aujourd’hui ; uòu : œuf.)

Exemple :Adiu, cal rauba un uòu de ièu me rauba un buòu.